La toute première fois

PREMIER EPISODE

Tout a commencé en 1974, je crois (si loin, déjà !). Nous revenions de vacances en Espagne, à Puerto del Sol. Ce devait être en juillet. Comme cela arrive souvent, on n'a pas tellement envie de remonter dans la froidure de nos pays et nous avons longé la côte méditerranéenne, ma femme, mes 3 enfants (10, 8 et 5 ans) et moi pour prendre un dernier bain... Et c'est par hasard que nous avons atterri (pardon, amerri !) à Pampelonne. Pas grand monde. On s'apprête à "s'emmailloter" et que voyons-nous ? Horreur, des gens entièrement nus qui se baignaient. Trop tard, on y était et les enfants avaient vu. La seule chose à faire fut d'agir comme eux : on s'est tous déshabillés et à la flotte ! Nous avons tous été enchantés, ravis, heureux. Quelle sensation !

De retour au pays, je me suis procuré "La Vie au Soleil" (oui, Monsieur, ça existait déjà à l'époque !) dans laquelle j'ai trouvé une annonce publicitaire pour un club bruxellois : "Phoebus".

 

*****

 

DEUXIEME EPISODE

Puis ce fut l'automne, l'hiver et (enfin) le printemps. Nous étions en 1975. L'idée avait germé en moi, mais pas chez ma femme qui, semble-t-il, avait perdu toute trace de cette plage en sa mémoire.

Nous étions en juin. Nous avons décidé d'aller, avec les enfants, saluer mes parents à Zaventem : ils partaient en vacances (textiles !) en Yougoslavie. J'avais prévenu ma femme que, au retour, nous passerions par Tollembeek, où se trouvait le terrain de Phoebus [aujourd'hui disparu] - j'avais pris rendez-vous -. Elle m'avait prévenu : "Tu y rentres si tu veux, mais les enfants et moi restons dans la voiture !" Arrivés devant la porte, St-Leonardusstraat, au coup de sonnette, une femme à peine vêtue nous a ouvert. Après m'être présenté, elle m'a invité à rentrer et a lancé à ma femme : "Venez aussi, Madame, avec les enfants !". Elle n'a pas osé refuser et nous sommes tous rentrés.

Nous avons été reçu par le Président, entièrement nu. Il nous a offert un verre à la terrasse. Il faisait très très chaud. Au bout de quelques minutes, ma femme a demandé : "On peut se déshabiller ?". sa réponse fut toute logique : "Vous êtes ici pour ça, non ?!". Nous n'avons pas eu le temps de demander aux enfants de faire comme nous : ils étaient déjà tous les trois, nus, en train de jouer dans le bac à sable !

Voilà, mes bien chers frères, comment je suis devenu naturiste et cela fait 34 ans que cela dure !

Luc.